30 % des terres en bio d ici 2027

par Louisleon, le 25 Janvier 2021 20h55

Notre Chère willy , ministre wallon des cultos va transformer un tiers des terres wallonnes en bio, mais que restera t IL de cultos d ici la?, Mr Borsus vous avez un cheptel bbb en wallonie, aidez ceux qui font de l elevage dans cette, race attribuez des primes a tous ceux qui font veler arsia vous aideras cela est acquis, le bio lui ne l est pas , a moins que vous preferez que l ont sois dependant d autres continents pour buffer de la merde.

De passage
le 25 Janvier 2021 21h26

Tu peux développer le fait qu'il,faut aider ceux qui font du BBB plus que les autres ?

Jacques Martin
le 26 Janvier 2021 08h08

Je suppose que c'est ironique louisleon?

Lajuro
le 26 Janvier 2021 08h48

Non, LOUISLEON a raison, et si le ministre n'arrive pas à ces objectifs, il va obligé même les cultos conventionnelle a déclaré une partie des surfaces en bio.

Lajuro
le 26 Janvier 2021 08h52

Comme quand on était obligé de déclarer 10% de nos surface en jachère à l'époque....

jeune agri
le 26 Janvier 2021 09h35

@louisleon, vous racontez n'importe quoi. D'abord, l'effet d'annonce n'est pas correct, il s'agit en fait de reconduire d'abord des budgets déjà présent en subsidiant certains organismes et en versant des aides à la conversion au bio. Ensuite, évidemment, il faut qu'il se montre ambitieux mais ce n'est pas lui qui va vous obliger à passer au bio ... ça serait d'ailleurs très préjudiciable pour le secteur bio qui n'a pas besoin de producteurs non convaincus !

J'ajoute également, qu'il peut danser sur sa tête, les budgets européens n'ont pas encore été confirmés pour la prochaine PAC et qu'il faut un consensus pour que la répartition soit acceptée puisque les différentes organisations agricoles wallonnes travaillent depuis plusieurs mois à la mise en place de la prochaine PAC ... Et ça ne sera pas simple.

Enfin, ce n'est pas toujours une source d'objectivité de ne pas connaitre d'autres secteurs agricoles ou d'opposer certains aux autres ... Certes, je suis de votre avis que le bio à terme devra pouvoir se subvenir à lui-même en terme financier ou tout autant au même niveau que l'agriculture "conventionnelle".

Louisleon
le 26 Janvier 2021 12h36

@ de passage, je dis bbb pour m'a region, mais valable pour autres races a viande et autres regions, ils y a Trop de v al sans primes et cela quelques soient la region ou la race, pour le bio il faut une pac plus Verte, ont y arrivent certes, mais il faudra adapter le cahier de charge!!!!

Fernand
le 26 Janvier 2021 13h50

30% des terres n'est pas 30% des agriculteurs, ni 30% de la consommation.
Il ne faudrait pas pécher par excès d'enthousiasme.
Le bio ne règlera pas tous les problèmes structurelles et conjoncturelles accumulés au fil des ans par des décisions politiques médiocres ou biaisées par des intérêts extérieurs.
Le bio ne peut être la haie qui cache la misère ou la morphine d' un secteur mourant.
Les fondations de la PAC sont mauvaises, alors pourquoi vouloir construire le bio sur les mêmes fondations ? SI vous voulez croire en une agriculture bio miraculeuse, indépendante et égalitaire entre tous les coins le l'Europe, il faudrait peut-être créer un budget séparé de la PAC spécifique au bio.
Parce que la PAC, elle, n'est rien de tout cela. Elle n'a ni empêchée les distorsions de la concurrence entre pays, ni permis d' harmoniser les cahiers de charges du bio, ni permis d'éduquer le consommateur à des choix alimentaires judicieux, ni ..., ni ...
@jeune agri, vous écrivez que le bio n'a pas besoin d'agriculteurs non convaincus. mais y'en a t-il des convaincus par la PAC ?

De passage
le 26 Janvier 2021 15h55

Fernand supprimons la pac pour tous alors .. Je ne vois pas pourquoi un agri bio n’y aurait pas droit.. Si le BBB a besoin de plus de subsides il faut peut être se poser les bonnes questions et arrêter de quémander plus..

Fernand
le 26 Janvier 2021 17h41

Je n'ai jamais dit que les agriculteurs bio ne pouvaient pas avoir " droit" à la PAC ( pour peu que ce soit un droit et non une obligation pour être reconnu )
Je pense juste que cela pourrait venir d'un budget diffèrent, avec des obligations différentes et avec la possibilité de souscrire à l'un,à l'autre ou les deux.
Les agriculteurs bio semblent tellement convaincus de la supériorité du cahier de charge bio sur le reste, qu'ils ne devraient pas être contrariés par le fait de prendre indépendance vis à vis de la PAC. En tout pas si ils ne sont pas des chasseurs de primes mais des producteurs convaincus par la richesse du bio, et de ses débouchés. Je ne jette la pierre à personne, simplement l'hypocrisie d'annonces médiatiques ne vous empêchera pas d'être, comme les autres, au pied du mur de la prochaine PAC. Les cordes bio lancées par les politiciens pour gravir ce mur sont-elles plus fiables que les autres auparavant ?

titeuf
le 26 Janvier 2021 21h48

vous savez, le Willy, il aime bien les effets d'annonces, mais pour le concret, on attend toujours, comme tous les autres politiciens, il est en campagne électorale en permanence

De passage
le 26 Janvier 2021 21h49

Fernand, tu insinues que les traditionnels sont des chasseurs de primes ! Je ne vois pas ce que ça peut faire qu’un bio touche les’aides pac.. C’est un droit pour tt agriculteur il me semble.. Et en quoi les bios seraient supérieurs au vue du cahier des’charges ? Ils produisent juste un produit plus sain.. Quoique ça reste à voir chez certains :)))

Fernand
le 27 Janvier 2021 00h25

@de passage, soit je m'exprime mal, soit chacun ne comprend que ce qui l'arrange.
Chasseurs de primes, c'est juste pour faire la distinction entre les bons bio convaincus ( dixit jeune agri ) qui travaillent par passion, et les autres, les traîtres, qui travaillent pour l'argent.
La commission européenne, elle même a décider de laissez plus de liberté aux états pour répartir les fonds pac en fonction des objectifs ou spécificités nationales. Sortir le financement du bio de la Pac, ne ferait pas gagner plus ou moins. Simplement cela aurait le mérite de clarifié les objectifs et de permettre au bio de gagner en autonomie. Le bio devrait réussir là ou les autres ont échoué, c'est à dire dans le financement par un prix rémunérateur. Le nerf de la guerre c'est l'argent, .
Je peux croire dans le bio, mais pas dans la manière dont il est promu et vendu aux consommateurs.
On ne peut pas instaurer le bio en utilisant des méthodes de désinformation ou de stigmatisation de l'agriculture conventionnel. Pas non plus en imposant des conversions politiques par le financement à la carte, ou par une différence de traitement par des médias qui ne sont clairement plus neutres ni objectifs.
La pac, politique agricole commune, n'est plus rien d'autre qu'un fourre-tout ou l'on impose par les subventions des lignes directrices, des modes, des caprices. Le bio n'a rien à gagner là dedans si ce n'est un retour de bâton qui arrivera tôt ou tard.

Stroumpf grognon
le 27 Janvier 2021 01h16

Moi, jaime pas le bio

Jacques Martin
le 27 Janvier 2021 02h35

Ce qui est triste et pourtant très propre au secteur c'est de lire comme cela peut déranger dès qu'un secteur se porte mieux qu'un autre.
Pour quelle raison le bio devrait-il être " hors pac"? À suivre ce raisonnement le secteur ( la race)qui bénéficie des aides couplées très préférentielles et taillées pour la wallonie doit-il être exclu de la PAC?
Et que doivent dire les laitiers conventionnels qui doivent juste compter sur la situation du marché sans autres aides?
Chaque secteur a sont importance et aucun ne fait de mal aux autres. Il y a un marché qui fluctue pour chaque spéculation, de bonnes périodes comme des moments difficiles.
Regarder dans l'assiette de l'autre est la pire des erreurs et se diviser ne peut qu'affaiblir l'ensemble des agriculteurs.
Qu'ils soient bio ou pas, ceux que cela dérange sont finalement les seuls " chasseurs de primes".

Fernand
le 27 Janvier 2021 23h04

@jacquesMartin,
Pour faire très simple:
La différence entre:
Du froment panifiable et du fourrager,
De l'orge brassicole et fourragère,
Du colza érucique et oléique,
Des oeufs colombus et standard,
Etc
le blé dur, la chicorée, le tournesol GES, la multiplication des semences, tous les labels et certifications diverses et variées,
ont tous un cahier de charge spécifique comme le bio, mais financé par une entité privée qui se charge de la commercialisation et de rétribuer l'agriculteur qui souscrit aux règles et conditions.
J'espère que cette fois vous comprenez la spécificité du bio qui est d'être assis entre deux chaises. Pourquoi utilise t-on des financements publiques pour promouvoir un label comme les autres qui devrait représenter 30% des terres en 2027... on est très loin du principe des aides compensatoires. Que l'on finance des aides directs, et des aides pour le maintien de la biodiversité comme les Mesures agri- environnementales d'accord, Pour moi, le bio est une catégorie entre les deux, qui parasites les deux autres et qui pourrait très bien vivre par une privatisation du financement.

Jacques Martin
le 28 Janvier 2021 07h49

Le bio ne représente pas seulement un produit qui se vend plus chère. Sa production n'est d'ailleurs pas le résultat d'un contrat ou d'une négociation de prix garantit dans le temps avec des acheteurs.
Le bio c'est aussi un cahier des charges européen pour une suppression des engrais chimiques et phyto, une automatique plus faible charge d'animaux /ha,des règles sur le bien être animal...
Chacun peut en penser ce qu'il veut mais c'est une exigence européenne pour répondre à une demande sociétale et environnemental...d'où une légitimité de faire partie des aides de la PAC.

Fernand
le 28 Janvier 2021 16h51

@jacques martin,
Pour l'attente sociétale, on peut aussi bien intégrer dans le budget pac des aides à la réouverture des sentiers de promenade, des primes à l'abattage avec étourdissement, des aides pour l'interdiction du broyage des poussins ou à l'euthanasie des veaux pour des raisons économiques ou à la création de home pour les animaux en fin de vie.
Pourquoi aussi alors, ne pas subsidier dans les mêmes proportions les autres pratiques que l'on appelle comme l'on veut : l'agriculture raisonnée, de conservation, la permaculture, le semis direct/sous couvert, la lutte ciblée ou intégrée, les pratiques bas carbone ou le captage de carbone,
Le bio capte une part de plus en plus grande du budget et ne permet pas à d'autres alternatives de se développer. Le bio est donc considéré à tort comme la seule autre voie acceptable, et économiquement viable.

Pipo
le 30 Janvier 2021 17h54

Bo cela peut etre bien pour le conventionnel, plus de bio en culture egale moins de betteraves chico,pdt lin, pois,cereales,allez y tous mais laissez moi tranquille ds le conventionnel

Fernand
le 31 Janvier 2021 12h41

seppi.over-blog.com/2019/03/tromperies-subventionnees.mais-bio-une-analyse-de-l-iref.html 
Extrait;
Face à cette "rente de la peur" organisée et subventionnée par l’État, l’IREF propose de supprimer les subventions spécifiques pour l’AB et son lobby, de privatiser le label AB, d’abolir le monopole intellectuel sur le mot "biologique" et de supprimer la loi forçant la consommation de "bio" dans la restauration collective. »

Envoyer
Fermer

MODE D’EMPLOI DE L’APPLICATION « DÉGÂTS AGRICOLES »

par Benoît GEORGES, le 28 Février 2021 13h16

[Vidéo] Cette présentation explique la manière d’encoder vos dégâts de 2020 dans le module \"Dégâts agricoles\" de \"PAC on Web\" développé par le SPW Agriculture. Elle doit permettre aux produ

Syndicat(s)-syndicalistes

par bordel, le 21 Février 2021 10h55

De toute mon innocence, je pensais voir et entendre des représentants syndicaux qui croyaient en la puissance de leur système, celui qu\'ils défendent avec tant d\'ardeurs. Ces mêmes qui décriaien

L\'ALIMENTATION DE LA VACHE LAITIERE - Livret de l\'Agriculture 22

par Benoît GEORGES, le 21 Février 2021 09h53

Un nouveau Livret de l\'Agriculture est disponible ! Ce livret est un guide pratique permettant aux éleveurs laitiers de mieux comprendre, et donc de mieux maîtriser, le volet alimentation de leur é

DECLARATION DE SUPERFICIE 2021 –FLÄCHENERKLÄRUNG 2021

par Benoît GEORGES, le 21 Février 2021 08h07

La plateforme électronique est accessible à partir du 22 février. Si vous souhaitez une ASSISTANCE, les SERVICES EXTERIEURS sont à votre service. Contactez-les dès que possible. agriculture.wal

Calamités agricoles: Comprendre la règle du seuil des "30% de dégâts"

par Benoît GEORGES, le 14 Février 2021 08h12

Suite à la reconnaissance d’une calamité agricole, les producteurs qui répondent aux critères définis vont pouvoir recevoir une indemnisation. Un de ces critères est la règle du seuil des «

Contrôle de police à la laiterie LIBRAMONT

par ardennais, le 12 Février 2021 21h31

Mardi après-midi, plusieurs véhicules de police, locale et fédérale, accompagnés de chiens renifleurs sont descendus au sein de l’entreprise Solarec, située le long de la N89, à Recogne (Libr

Les plus commentés

    14 commentaires
  1. Qui a lu ça ?
  2. 10 commentaires
  3. Marche du lait
  4. 4 commentaires
  5. Baraque de Fraiture: 8 fermes lancent une nouvelle brique de lait

Les plus aimé

    26 j'aimes
  1. par une agricultrice: Suivre sa trésorerie. Ca me fait trop rire! Je n'ai pas le temps de voir que ma laiterie arrive que ...
  2. 21 j'aimes
  3. par Phil.0: Organisme n°1 pour contrôler le bidon.
    Organisme n°2 pour le bouchon,
    Organisme n°3 pour l'étiqu...
  4. 18 j'aimes
  5. par chris: Eh oui,on n'est pas encore assez controlé!
    Avouez que c'est pour créer de l'emploi.Il y a combien d'em...