Publicité



Statistiques

Visites par jour

Aujourd'hui532
Hier771
18 Février581
17 Février517
16 Février651
15 Février744
14 Février735


30 derniers jours


Source: Google Analytics


Publicité

















Agenda

En ce moment

Formations Bovins gratuites de l'ARSIA à Ciney à 13h.

ajouté par Benoît GEORGES, le 12 Février 2018 08h44
Début : 13 Février 2018 13h00
Fin : 13 Mars 2018 13h00

- Mardi 13 février : "Le colostrum, entre risques et bienfaits"
- Mardi 27 février : "Gestion d'une exploitation infectée par la paratuberculose"
- Mardi 13 mars : "Concevoir un logement adapté pour ses veaux"
www.arsia.be/?page_id=8072 
Inscription : www.arsia.be/?page_id=8187 

Envoyer

Quelles démarches entreprendre pour une diversification agricole?

ajouté par Benoît GEORGES, le 11 Février 2018 11h16
Début : 20 Février 2018 09h30
Fin : 08 Mars 2018 12h30

Trois formations pour les agriculteurs, producteurs et transformateurs
Une organisation du GAL Ardenne Méridionale avec DiversiFerm
> Commercialiser sa production en vente directe ou/et en circuits-courts : un choix aux facettes multiples !
Mardi 20 février 2018 - 9h30 à 12h30 - Maison des Associations - Wellin
> Débuter une commercialisation en vente directe/circuits-courts» : Notions de marketing et communication.
Mardi 27 février 2018 - 9h30 à 12h30 - Centre culturel - Bièvre
> T’as tout sur ton étiquette ? Réglementations, Normes, DLC
Jeudi 08 mars 2018 - 9h30 à 12h30 - Salle du Conseil, - Bouillon
Inscription indispensable: sylvain.trigalet@ardenne-meridionale.be - 0474/53.11.14
agriculture.wallonie.be/documents/47285/0/Affiche  Formations producteurs - GAL AM.pdf

par le réaliste, le 11 Février 2018 14h07

Voir de toute urgence:
www.rtbf.be/auvio/detail_week-end-premiere?id=2309634 
voir le reportage à 1.19.17
voilà quelqu'un de lucide pou une fois!!!

Envoyer
Aujourd'hui

FOrum – Formations Ovins à 19h.

ajouté par Benoît GEORGES, le 14 Janvier 2018 17h47
Début : 20 Février 2018 19h00
Fin : 28 Février 2018 22h00

FOrum – Parlons ruminants. Formations gratuites de l'ARSIA.
www.arsia.be/?page_id=8072 
"La conduite des agnelles de renouvellement" - ATH Mardi 20 février, CINEY Jeudi 22 février, LA REID Mardi 28 février
Inscription : www.arsia.be/?page_id=8144 

Envoyer
Demain

LIVRE BLANC CEREALES

ajouté par Benoit GEORGES, le 18 Février 2018 20h44
Début : 21 Février 2018 09h00
Fin : 21 Février 2018 14h00

Conférence le mercredi 21/02 à 9h00 et à 14h00 à l’Espace Senghor à Gembloux
www.livre-blanc-cereales.be/livre-blanc-cereales-fevrier-2018/ 
www.cra.wallonie.be/fr/livre-blanc-cereales-8 

Envoyer

La REVISION du BAIL à FERME

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 13h05
Début : 21 Février 2018 13h30

AG de la chambre provinciale d'agriculture du Hainaut le mercredi 21 février à Mons (Locaux d’Hainaut Développement, Bd Initialis, 22) Exposés sur la REVISION du BAIL à FERME.
Les orateurs feront état de l’avancement des négociations sur la révision de la loi sur le bail à ferme et présenteront la nouvelle façon de déterminer les coefficients de fermage.
Renseignements: 0496/26 75 05 ou chambreagriculturehainaut@gmail.com
agriculture.wallonie.be/-/la-revision-du-bail-a-ferme 

Envoyer

Bouclage électronique, dématérialisation des passeports bovins et conception d’une nurserie performante (programme Altibiotique)

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 20h58
Début : 21 Février 2018 20h00

Dans le cadre de son Assemblée générale du 21 février à 20h., le comice de Virton organise en collaboration avec l’ARSIA et la Direction de la Recherche et du Développement du Service Public de Wallonie une conférence qui se déroulera au Centre Sportif et Culturel de Virton, cour Marchal 8 à 6760 VIRTON.

Envoyer
Cette semaine

Route de l'Innovation le 22 février 2018 à Bovigny consacrée au smart farming

ajouté par Benoît GEORGES, le 11 Février 2018 14h55
Début : 22 Février 2018 09h00

La matinée permettra d'écouter le témoignage de Marc Grandjean et l'après-midi sera l'occasion d’échanger ensemble, notamment avec différentes personnes ressources.
www.reseau-pwdr.be/event/route-de-linnovation-journée-5 

Envoyer

Le réseau de stations agro météorologiques Pameseb et l’agriculture au Qatar

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 23h23
Début : 22 Février 2018 20h00

AG du Comice d'Arlon le 22/02/18 (20h) à Arlon (Hôtel de Ville) Exposés
www.comicearlon.be/wp-content/uploads/2018/01/AG-2018.pdf 
agriculture.wallonie.be/documents/47285/0/Projet  invitation Comice Arlon 01-2018.pdf

Envoyer

Formation au tri de la laine

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 23h32
Début : 24 Février 2018 09h30
Fin : 24 Février 2018 17h30

Cette formation aura lieu à Lahage (B) le 24 février (9h30-17h30). Dans le cadre d’un chantier de tonte professionnel de qualité, une spécialiste du tri et de la récolte de laine vous apprendra :
- Comment organiser l’espace pour que personne ne se gêne, répartition des qualités sur la toison,
- Quelles sont les différences entre les parties d’une toison
- Comment classer entre elles des toisons de qualités différentes
- Comment « lancer » la toison sur la table de tri, la trier, la plier et la stocker.
- Comment bien communiquer, entre éleveurs et transformateurs, à propos des besoins et contraintes de chacun sur un chantier de tonte.
Une journée à destination des (futurs) éleveurs, des étudiants, des artisans, des transformateurs, etc.
Formation gratuite organisée par l’EPL54 dans le cadre du projet Interreg DEFI-Laine.
Infos et inscriptions : Yannick Mousseron – 33 3.83.18.12.07 – yannick.mousseron@educagri.fr

Envoyer
Ce mois ci

DEMAIN, TOUS BIO ?

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 11h19
Début : 26 Février 2018 18h30
Fin : 26 Février 2018 20h00

AG du Comice Agricole de Braine-Le-Comte – Ecaussinnes qui aura lieu le lundi 26 février 2018 à 20h à 7090 Braine-Le-Comte (Ferme des Nauves, Chemin de Nasst, 10) conférence sur ‘DEMAIN, TOUS BIO ?’ avec Xavier Misonne (cultivateur à Thuin) et Daniel Raucq (éleveur à Lens).
Repas à partir de 18h30 (25€ à payer sur place). Réservation au 0472/64.38.58 avant le 21/02.
www.biowallonie.com/agenda/demain-tous-bio/ 
agriculture.wallonie.be/documents/47285/0/Demain,  tous bio.pdf

par tdb1250, le 18 Février 2018 12h34

Bonjour à tous Tous bio du n importe quoi .Les malheureux qui vont ce lancer la dedans je les pleins .C est mon avis.

par PA25, le 18 Février 2018 12h53

Si on passe en bio, ce sera par obligation, pas par conviction .

On dit que le diesel pollue, combien de passage de bineuse faudra t il pour maintenir les champs propre .

par pascal, le 18 Février 2018 18h42

Bio? Pourquoi, le vrai bio, ça existe?

par PA25, le 18 Février 2018 18h57

@ pascal, oui ca exciste, faut demander à @lewallon :-) :-)

par lewallon, le 18 Février 2018 20h35

Le bio, ce n'est jamais que l'agriculture de vos grand parents !
Que vous le vouliez oui ou non, on s'oriente vers ce genre d'agriculture car le consommateur le souhaite vraiment .
Donc les agriculteurs. qui choisissent de faire du bio ne font que répondre à la demande d'un marché .

par Protagoras, le 18 Février 2018 20h50

La production biologique a beaucoup de qualités, mais aussi quelques défauts, certains graves. Ce que l'on peut reprocher, c'est un marketing fait, non pas sur la base d’une valorisation du bio, mais sur la base d’attaques contre le non-bio. La peur de l’empoisonnement est brandie par ses aficionados comme une arme de destruction massive, sans regarder les dégâts collatéraux, toujours plus nombreux et graves. Si vous avez été attentif à l'actualité, les cas de mortalités d’origine alimentaire au cours du dernier quart de siècle ont systématiquement impliqué des aliments produits en bio (E.coli sur graines germées, salmonellose sur melon, botulisme, etc.). Aucun cas similaire démontré n’existe sur les aliments conventionnels.
Il faut aussi relever ce que les promoteurs du bio occultent.
Ils passent sous silence que dans de nombreux cas, le bio n’est actuellement rentable que parce qu’il profite d’aides spécifiques, et surtout d’un joli différentiel de prix, qui disparaîtra de lui-même lorsque le bio sera la norme (tous bio !), provoquant une inévitable dégringolade des prix à la consommation, ou la ruine des agriculteurs.

par Protagoras, le 18 Février 2018 21h00

Ils oublient que si le monde se convertit au bio, il faudra augmenter les surfaces cultivées, déforester, utiliser plus d’eau douce pour la production d’aliments, plus de terres cultivables pour la production des pesticides naturels ou de fertilisants, donc réduire les zones de biodiversité. Bref, probablement pour eux "un petit détail ..."
Ils passent aussi sous silence oublier que ce qui nourrit actuellement les populations citadines (la moitié de la population mondiale ...) dans leur très vaste majorité, c’est une alimentation saine et diversifiée, dont la qualité sanitaire n’a jamais été aussi élevée, issue d’une agriculture performante, très mécanisée, parfois industrielle (mais est-ce un gros mot ?), et que changer ça pour du bio ne sera pas facile.
Je suis personnellement convaincu que l’avenir n’est pas à la production biologique, mais à la production intégrée.

par Protagoras, le 18 Février 2018 21h01

On peut rêver mais ce qui est probable, c'est que le jour où le bio "nourrira le monde", alors il sera devenu le standard alimentaire. Ce qui veut dire qu’il n’y aura plus ni différentiel de prix, ni subventions, ni aides à la conversion. Alors, soit une grande partie des agriculteurs aura disparu dans nos contrées au profit d'agriculteurs capables de produire moins cher ailleurs, soit les prix à la consommation auront monté d’une manière explosive. Pensez-vous que les autorités politiques laisseraient s’installer une telle situation (une révolution économique négative) qui affecterait gravement la consommation des ménages, donc l’économie de nos pays ?

par observateur, le 18 Février 2018 21h10

parler du bio et immédiatement le retour d'Enibob...

par lewallon, le 18 Février 2018 21h15

Enibob

Vous savez comme moi que le bio restera marginal au niveau européen et que dans les belles régions de culture, on ne passera pas son temps avec ça .
Le bio à sa place en Ardennes ou dans des régions à prairie permanente obligée .
Pour ce qui des aides, elles sont là juste pour compenser les rendements moindre par rapport au conventionnel.

par pipo, le 18 Février 2018 21h43

faux la russie est prete pour produire du bio sur 25/100 de sa surface ce qui fait un peut plus que toute la Belgique enfin je crois et les acheteurs européens n attendent que leur disponibilitee (article sur terrenet il y a qques jours)
une famille de la region est partie en roumanie plus de 1000ha et une grande partie en bio
il y a du lobbie a l europe pour que les grands groupes de gds surfaces puissent metre en bio les cultures prevue sur les toits des magasins alors chez nous pour le bio ....

par Protagoras, le 18 Février 2018 21h54

Chers commentateurs,
Enibob vous a manifestement traumatisés au point où dès que l'on exprime un avis qui relève les manipulations des aficionados d'une technique par ailleurs respectable, vous voyez son fantôme ...
Non, je n'ai rien en commun avec ce monsieur. Je suis français, intéressé par l'économie agricole et la communication, et encore jeune ...
De nombreux blogueurs, relèvent ces tromperies qui visent à abuser les consommateurs. Je ne me sens pas seul !
Si vous avez le temps, lisez ceci : plus.lapresse.ca/screens/e29d8854-b9bf-4fb3-992f-b6ce15f9c10e|_0.html 
Sachez, chers commentateurs, que j’ai un grand respect pour les agriculteurs biologiques, qui doivent produire et vivre avec moins de moyens que les agriculteurs en production intégrée ou en production conventionnelle. Ils ont les mêmes problèmes, mais ne disposent pas des mêmes solutions. Oui, M lewallon, les prix de vente sont censés compenser ... Mais sera-ce encore vrai si tous vos collègues font comme vous ?
Et sachez aussi, chers commentateurs, que je ne trouve pas normal et acceptable que l'agriculture, base de toute économie, puisque c'est la production d'aliments et de matières premières, soit tellement mal en point, que les pays riches doivent la subventionner, et que dans les pays en développement, les agriculteurs soient parmi les plus pauvres.

par Fernand, le 18 Février 2018 22h02

Les premiers à ne pas vouloir que toute la Wallonie soit bio, sont les agriculteurs bio !
il n'y aurait que des perdants à cela.
Un des problèmes principaux sont nos ministres régionaux de l'agriculture et de l'environnement;
L'un veut faire de la Wallonie une région avant-gardiste zéro-phyto.
L'autre, se fiche pas mal des raisons, bonnes ou mauvaises, qui poussent les agriculteurs à se convertir bio. Du moment que le nombre augmente pour ses belles statistiques, il est content...

par Protagoras, le 18 Février 2018 22h08

Vous avez raison, M pipo ...
Un marché qui s'annonce juteux attire ... Et comme le consommateur réfléchi d'abord à son portefeuille, même si sa préoccupation semble grandir de jour en jour, il est évident que cette voie a de l'avenir pour celui qui fera du bio certifé et bon marché.
C'est un secteur où la recherche est la plus dynamique, et la plus subventionnée ... les soutiens, politique et économique, facilitent tout de même les choses.
On constate aussi que les géants de l’agrochimie ont déjà senti le vent tourner et en bons entrepreneurs, ils ont d’ailleurs pris les devants. Tous, sans exception (Bayer-Monsanto, ChemChina-Syngenta, Dow-Dupont, BASF et les autres) sont en train d’investir dans des implantations ou des rachats d’entreprises ou de laboratoires spécialisées dans la recherche de solutions phytosanitaires biologiques. Ils ont commencé à proposer des solutions bio à de nombreux problèmes des cultures.
On continuera donc à traiter les cultures autant ou peut-être même plus qu’actuellement,en fonction des capacités de durée de ces nouvelles solutions bio. Simplement, les pesticides de synthèse seront substitués par des pesticides acceptés en bio.
Vous avez dit manipulation du public ?
"Ce qui est naturel (bio) est bon", c'est bien connu !

par neeven, le 19 Février 2018 00h24

Le soucis du bio est qu'il ne l'est pas assez, je trouve les règles de production un peu "légère" . Si hier le bio ce faisait par conviction aujourd'hui ce n'est plus le cas . L'autre problème du bio est que bon nombre de producteurs n'apporte aucune valeur ajoutée et ce contente de sa laiterie pour le valoriser et pour la viande c'est bien pire puisque seulement 1/4 l'est dans le réseaux, par contre le maraîchage est plus proche d'une production maitrisée . Enfin le plus gros problème est que les grandes surface ont mis la main sur ce marché .

par PA25, le 19 Février 2018 08h08

@lewallon ; agriculture de grand parent .... Témik, Alachlore, DDT, E 605, DNOC, et j' en passe ....

par Protagoras, le 19 Février 2018 11h47

@ Monsieur PA25
Si j'ai bonne mémoire, M lewallon est pensionné. Ses grands parents devaient vivre et produire il y a une centaine d'années, avant les pesticides que vous citez !
M lewallon, qui s'est "converti", relaye les arguments du "bon vieux temps", l'époque où manger de la viande était rare, où on mangeait d’abord de la soupe et après, rien ..., bon vieux temps où disettes et famines étaient toujours là en embuscade, profitant du moindre épisode trop pluvieux, trop sec, trop froid, trop chaud …
Fernand Braudel, dans son ouvrage "Civilisation matérielle, économie et capitalisme", écrit au sujet du bon vieux temps "La France, pays privilégié s'il en fut, aura connu dix famines générales au Xe siècle, vingt-six au XIe, deux au XIIe, quatre au XIVe, sept au XVe, treize au XVIe, onze au XVIIe."
Et le pain qu'on trempait dans la soupe du bon vieux temps, ce n’était pas ce bon "pain à l'ancienne" vanté par les aficionados du bio. Il était fait alors d’un mélange de seigle essentiellement, de froment, d’orge, qu'on ne cuisait que toutes les deux à trois semaines, d'où l'idée géniale de le tremper dans la soupe pour le ramollir.
Personnellement, je ne troquerais pas un seul "aujourd'hui", même imparfait, contre deux "bons vieux temps" de mon arrière grand-mère ...

par lewallon, le 19 Février 2018 12h45

Personnellement je trouve qu'il y a trop de jalousie envers les bio et ceci ne date pas d'aujourd'hui !!!!
Rien n'est parfait dans le bio ! Il y a des incohérences !!!
Mais il y a un marché, une demande croissante donc il ne faut pas en vouloir à un pourcentage d'agriculteur qui veulent produire de façon le plus naturellement possible et gagner un peu mieux leur vie .
Dans le secteur laitier lorsqu'on vous garanti un prix stable à plus de 46 cents ( prix de base ) durant plusieurs mois de l'année, il y a de quoi réfléchir n'est ce pas . Chacun est libre après 5 ans de revenir dans le conventionnel .

Envoyer

Des arbres en champ

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Février 2018 08h45
Début : 27 Février 2018 18h00

Foret Pro Bos - Interreg V et AWAF - Association pour l'agroforesterie en Wallonie et à Bruxelles vous invitent le 27/02 à Gembloux à une soirée d'information et de conseil sur la thématique des arbres en champ.
docs.wixstatic.com/ugd/0c0b24_5fdf748a2c344c3596492acdc357e5fc.pdf 

par Fernand, le 18 Février 2018 21h44

Il est dommage que l'agroforesterie ne soit pas possible dans les 2 sens.
J'ai voulu semer un peu d'herbes sur une de mes parcelles de bois exploitées où il restait quelques gros feuillus. Refus catégorique du DNF...

par mansi djone, le 19 Février 2018 10h45

Pareil pour moi Fernand... La DNF, une administration toute puissante au service du lobby des bois et grosses scieries! Dans ce genre de dossier, les agriculteurs sont bien seuls pour se défendre! Personne je dis bien personne, ne nous défend plus! Pourtant entre une pessière bien touffue où tout crève en-dessous et une prairie permanente, qui est le plus écologique?

Envoyer

FOrum – Formations Caprins à 19h.

ajouté par Benoît GEORGES, le 18 Janvier 2018 18h35
Début : 27 Février 2018 19h00
Fin : 13 Mars 2018 19h00

FOrum – Parlons ruminants. Formations gratuites de l'ARSIA.
www.arsia.be/?page_id=8072 
FOrum – Formations Caprins :
"La conduite des chevrettes de renouvellement" - ATH Mardi 27 février, LA REID Mardi 6 mars, CINEY Mardi 13 mars
Inscription : www.arsia.be/?page_id=8159 

Envoyer

Conseils de printemps en culture de maïs

ajouté par Benoît GEORGES, le 19 Février 2018 02h33
Début : 28 Février 2018 13h30

Formation agréée pour la PHYTOLICENCE le mercredi 28 février à 13h30 à Ciney (Théâtre, place Roi Baudouin 1)
Présentation de la phytolicence. Résumé de la saison culturale 2017. Nouveautés en contrôle des adventices et schémas de désherbage pour 2018. Bandes tampons. Lutte intégrée face aux principaux ravageurs. Sous-semis de fétuques. Réduction des pertes d’azote et de phosphore par érosion et ruissellement. Recommandations variétales. Questions-réponses.
PAS D’INSCRIPTION PREALABLE mais carte d’identité obligatoire pour validation de la formation continue.
Info : denis.procureur@spw.wallonie.be ou 0473/647.151

Envoyer
Dans les prochains mois

Voyage au SIA à Paris avec le Comice de Tournai

ajouté par Benoît GEORGES, le 10 Février 2018 13h27
Début : 03 Mars 2018 06h30

Voyage au SIA le 3 mars 2018, départ de Kain (Tournai expo) à 6h30
fr.slideshare.net/BenoitGeorges/voyage-au-sia-de-paris-comice-de-tournai 

Envoyer

Formations agréées pour la PHYTOLICENCE

ajouté par Benoît GEORGES, le 02 Février 2018 00h35
Début : 08 Mars 2018 14h00
Fin : 22 Mars 2018 17h30

Formations organisées par Gembloux Agro-Bio Tech
www.gembloux.ulg.ac.be/formation-continue/phytolicence/ 
- Module Réglementation des PPP le 8 mars de 14H à 16H
- Module Risques liés à l’emploi des PPP le 9 mars 2018 de 9H30 à 16H30
- Module Élaborer une stratégie de lutte intégrée le 15 mars 2018 de 13H30 à 17H30
- Module Formulation et qualité des PPP le 22 mars de 13H30 à 17H30
- Module Méthodes alternatives en culture et arboriculture (date à venir)
- Inscription obligatoire, formations payantes

Envoyer

Séances d’information sur la conversion à l’agriculture biologique

ajouté par Benoît GEORGES, le 29 Janvier 2018 00h58
Début : 27 Mars 2018 10h00

27/03/18 à Namur (Av. Comte de Smet de Nayer 14)
www.biowallonie.com/agenda/seance-de-conversion-2/ 

Envoyer

GRAND ANGLE LAIT

ajouté par Benoît GEORGES, le 19 Février 2018 01h32
Début : 04 Avril 2018 09h30

5ème édition le 4/04/18 (9h30) à Paris 12ème (Espace du Centenaire)
Besoins des marchés et attentes des consommateurs Economie et travail, deux enjeux majeurs de l’élevage laitier.
idele.fr/no_cache/recherche/publication/idelesolr/recommends/prenez-date-5eme-edition-grand-angle-lait.html 

Envoyer